Les taux de transformation moyens des sites e-commerce

Les cybermarchands sont heureux. Les résultats publiés en 2019 pour l’année 2018 montrent qu’environ un e-commerçant sur deux a vu son taux de transformation augmenter sur la période. Pour rappel, le taux de transformation correspond au nombre de personnes passant commandes, comparé au nombre de visiteurs uniques d’un site internet.

C’est une étude du cabinet CCM Benchmark Group qui nous apprend cela. Nous pouvons également constater un taux de transformation (20% en moyenne) supérieur chez les pure-players (ne proposant leurs produits que sur internet) par rapport aux distributeurs qui disposent de surfaces de ventes physiques. Ceci s’explique simplement. Beaucoup d’internautes, lorsqu’ils en ont l’opportunité, se renseignent dans un premier temps sur les sites e-commerce des enseignes. Par la suite, ils se déplacent en magasin pour apprécier le produit en réel avant de passer à l’acte d’achat.

Mais si l’on creuse un peu plus en détail, on se rend compte que les pourcentages d’achats en ligne et de taux de transformation diffèrent selon les secteurs d’activités et les produits, comme nous l’a confié un vendeur de fauteuil barbier. Ceci résulte de plusieurs éléments :

  • le prix du bien ou du service désiré,
  • le temps de réflexion nécessaire avant de passer à l’acte d’achat,
  • l’importance de la concurrence entrainant une comparaison permanente,
  • le fort besoin kinesthésique sur certaines catégories de produits comme l’équipement de la maison.

Ceci se traduit donc par des taux d’achats sur internet et de transformation disparates selon le secteur d’activité comme vous pourrez le constater sur les graphiques présentés. Espérons que cette embellie perdure et s’améliore encore dans les années à venir.